Commandez aussi par téléphone au 07 68 11 16 74

Le CBD peut-il aider à lutter contre l’alcoolisme ?

Le CBD peut-il aider à lutter contre l’alcoolisme ?

L'alcoolisme représente un enjeu énorme pour la santé publique. Les problèmes d’éthylisme peuvent engendrer un véritable trouble dans la vie intime, professionnelle et associative d'une personne. En France, l'alcoolisme touche près de 10 % de la population. Le CBD peut-il aider à la lutte contre l’éthylisme ? Est-il possible qu’il accompagne dans un sevrage d’alcool ? Le cannabidiol pourrait-il diminuer la dépendance à cette drogue ? Peut-on diminuer ou arrêter l’alcool grâce au CBD ?

Les dangers de la dépendance à l’alcool

La consommation excessive d’alcool produit un état d’ébriété mais ne s’arrête pas uniquement à cet effet. L’abus aux substances éthyliques peut entraîner de graves conséquences et provoquer une dépendance.

La pénétration de l’alcool dans le corps

Lors de la consommation d’une boisson alcoolisée, les doses d’éthyle pénètrent directement dans le viscère jusqu’aux intestins. L’alcool s’introduit tel quel dans les tissus sans changement. Le fait qu’il circule instantanément à l’intérieur du sang constitue un réel problème.

Dans un estomac rempli, la quantité d’alcool pénètre et atteint le sang en une demi-heure jusqu’à une heure de temps. À l’intérieur d’un estomac vide, l’éthanol s’y infiltre à un délai compris entre 15 et 30 minutes. À ce stade, le taux d’alcool (la quantité d'alcool sanguin) atteint son maximum puis diminue progressivement.

L'alcool est distribué dans tout le corps par le système sanguin, et en particulier dans les organes les plus imprégnés. Il passe dans les cellules hépatiques, à l’intérieur du système cardiovasculaire et cérébral. C'est le foie qui métabolise lentement 95 % de l'alcool, et les 5 % restants sont excrétés par le système respiratoire et rénal. Le reste de ce taux alcoolique est également évacué par la peau grâce à la sueur.

Les risques de l’addiction à l’alcool sur la santé

Les dépendants à l’alcool sont assujettis à une consommation régulière et répétée de façon abusive. Dans ces circonstances, l’envie de boire ne peut être arrêtée ou contrôlée. L’OMS qualifie de sujets alcooliques les personnes qui présentent les critères suivants :

  • Une forte envie de consommer de l'alcool ;
  • Une difficulté à contrôler la consommation ;
  • Une utilisation continue malgré les conséquences néfastes ; 
  • Des troubles du comportement ;
  • Une résistance alcoolique élevée ;
  • Des signes de sevrage physique.

Les effets secondaires de l'alcool peuvent endommager la plupart des organes du corps. Sa consommation est susceptible d’entraîner le développement de nombreux troubles et pathologies. Cela impacte en premier lieu sur le système nerveux en créant des troubles de polyneuropathie liés à l'alcool. Une démence d’atrophie cérébrale peut aussi en être générée.

On perçoit souvent une encéphalopathie de Wernicke, un syndrome de Korsakoff, et/ou une myopathie alcoolique chez l'alcoolique. On dépiste aussi des troubles mentaux comme le delirium tremens (délire alcoolique) et les hallucinations. Cependant, les affections les plus graves liées à l’alcool concernent les maladies cardiovasculaires, digestives et le cancer. Les risques en lien à cette drogue sont nombreux mais les cas de blessures et les accidents sont fatales.

Conséquences psychologiques et sociales de l’alcool

La consommation excessive d’alcool n’engendre pas seulement des problèmes de santé. Toute toxicomanie peut conduire à une dépendance psychologique. La consommation d'alcool peut également être associée à une série de troubles dans la société. Elle est aussi susceptible d’engendrer de graves accidents, particulièrement dans le milieu social de la personne alcoolique. En outre, cette dernière peut manifester des comportements violents envers les autres et envers elle-même.

Danger de conduite en état d'ébriété 

L'alcool au volant peut avoir de graves conséquences. Malgré une prévention rigoureuse, il a été observé que l'alcool est la première cause de mortalité dans 20 % des accidents. Dans ces cas, l’alcoolémie de 18 % des conducteurs s’élève à un rapport supérieur à 0,5 g/l.

Par conséquent, l'alcool déforme la perception du risque par son effet analeptique. Il donne l'impression d'être invincible et conduit à des attitudes dangereuses dans la rue. Sans oublier l'impact sur la vue, l'ajustement gestuel et les réflexes.

Selon les inventaires, l'alcool au volant augmente par 8,5 la menace d'accidents graves. Un conducteur en état d’ivresse remet en cause son permis. En outre, il risque d'être condamné à une amende qui s’élève à 750 euros.

Impacts psychiques et sociales

L'alcool altère les fonctions du système nerveux central puisque c’est un psychotrope. L'éthanol affecte en particulier la partie frontale du cerveau. Par conséquent, la consommation de boissons alcoolisées entraîne des manifestations comportementales.

L'alcool est particulièrement connu pour briser les blocages. Elle favorise donc le « passage à l’acte ». Cette condition entraîne un comportement violent. De même, les alcooliques créent un état de manque qui provoque une agressivité.

Par conséquent, les effets des boissons éthyliques produisent inévitablement des échos néfastes sur tous les plans de la vie quotidienne. Il est fréquent d'en constater les résultats de l’addiction qui sont graves tant dans la vie personnelle que professionnelle.

Les troubles psychiques et sociaux liés à l'alcool varient. Ils sont mêlés entre égarement, chômage, tensions environnementales, isolement, difficultés financières et délinquance. Face à cela, le syndrome de dépendance affecte aussi gravement l'estime de soi.

Comment le CBD peut-il aider à lutter contre la dépendance ?

La dépendance est considérée comme un trouble cérébral. On définit les addictions comme une dépendance physique et/ou psychologique à une substance. Les produits qui occasionnent le plus d’accoutumance sont les drogues "dures" comme le tabac, l'alcool, les opiacés et les méta-amphétamines. On compte aussi les hypnotiques, comme les jeux d'argent et les médicaments détournés pour usage excessif.

Les sujets soumis aux addictions sont généralement conscients des conséquences néfastes de ces drogues. Cependant, ils sont incapables de les surmonter par eux-mêmes. Ces personnes ont besoin d'aide et d'une assistance médicale. Le syndrome de sevrage brusque peut être fatal pendant la toxicomanie. C’est pour cela que le CBD peut être utile dans la lutte contre les addictions.

L’utilisation du CBD dans le sevrage alcoolique

Des études sur ce dérivé du cannabis ont révélé un résultat positif sur le sevrage alcoolique. L’éthylisme excessif conduit à une dysfonction physiologique et crée une dépendance physique. Cette sensation est associée à un sentiment d'insuffisance. Ces recherches mentionnent également les autres avantages du CBD dans la lutte contre la dépendance à d'autres substances. Les scientifiques ont également pu observer son effet sur l’humeur et le bien-être.

Cependant, il faut noter que le mécanisme de récompense est contrôlé par le système cannabinoïde endogène. Dans la lutte contre l’alcool, le CBD affecte les récepteurs CB1 et CB2 dans le vaste réseau biologique. Il atténue donc les symptômes nocifs du sevrage éthylique.

Une observation concernant ce cas a été traitée en 2019 chez un rat alcoolo-dépendant. Ce rongeur a montré que la consommation de CBD réduit de façon significative les récidives pendant le mécanisme de sevrage.

Les études concernant l’alcool et le CBD

Un malade alcoolique ressent la nécessité pressante de boire des liqueurs à tout moment. Ce processus est accompagné par des mécanismes neurologiques. Dans une recherche réalisée en 2014, on a pu observer que nos neurones sont altérés lors du « comportement de récompense ». Ce phénomène agit sur les récepteurs endocannabinoïdes CB1 et CB2 lorsqu’on consomme de l’alcool en grande quantité.

Physiologiquement, cela entraîne une privation, une augmentation du stress et de l'anxiété attribuables à l’arrêt de l’alcool chez l’addict. Cependant, les effets du CBD sur le système cannabinoïde endogène humain sont connus depuis de nombreuses années et font l'objet de plusieurs études. 

Certains d'entre eux tournent particulièrement autour de l'utilisation du cannabis thérapeutique. Notamment pour lutter contre les dépendances à l'alcool. Les cannabinoïdes s’avèrent efficaces dans le sevrage alcoolique en neutralisant les effets répresseurs de l'éthanol sur le système cannabinoïde endogène.

Des tests effectués sur des rongeurs ont révélé que le CBD influe sur le comportement des animaux vis-à-vis de l'alcool. Les rongeurs ayant pris des cannabinoïdes diminuent leur consommation d'alcool.

De plus, ils sont moins susceptibles de récidives pendant le sevrage. Ils tolèrent également beaucoup mieux le stress associé à une carence. Par conséquent, le CBD peut être d'une grande aide pour assister les sujets dans les cas de dépendance alcoolique. Les personnes souhaitant réduire leur consommation d'alcool peuvent améliorer la gestion de leurs anxiétés face aux symptômes de sevrage.

Le CBD pour se protéger des effets néfastes de l'alcool

Le cannabis médical aide également à protéger le corps des effets néfastes de l'éthanol. Une consommation chronique d'alcool cause des dommages à long et court terme aux organes du corps.

Les lésions divulguent que l’exposition aiguë survient le plus souvent sur le foie et le cerveau. Les alcooliques ont un foie enflammé. Cet état risque d’évoluer en cirrhose ou en cancer du foie dans les cas de complications. Cependant, le CBD peut jouer un rôle protecteur pour la cellule hépatique.

Des recherches menées sur des souris alcooliques ont montré que le traitement au CBD diminue les dommages dans le foie. Les effets protecteurs du CBD peuvent également s’étendre jusqu’aux neurones. Une grande quantité d’alcool entraîne la dégénérescence des cellules nerveuses. Elle produit surtout un effet néfaste pour l'hippocampe et le cortex.

Une autre étude chez les rats montre que les consommateurs de CBD alterné avec l'alcool avaient moins de lésions cérébrales. Les dégâts étaient moins graves que chez les animaux consommant exclusivement de l'alcool. Le cannabis médical semble capable de rétablir certaines fonctions cognitives chez les sujets souffrant d'insuffisance hépatique sévère suite à l'ingestion d'éthanol.