Commandez aussi par téléphone au 07 68 11 16 74

CBD & test salivaire : comment ça marche ?

CBD & test salivaire : comment ça marche ?

En France, l’usage de stupéfiants tout comme la consommation d’alcool excessive sont prohibés. La prise de ces produits constitue un danger surtout pour les automobilistes. Afin d’assurer la sécurité routière, les autorités ont donc mis en place les tests salivaires. Le point sur le sujet.

Rappel sur la loi concernant le CBD

La France combat activement la consommation de drogue sur son territoire. Cependant, l’apparition du CBD sur le marché de l’Hexagone donne lieu à de nombreuses polémiques. Extraite de la plante de cannabis, cette molécule est de plus en plus populaire. Toutefois, les instances gouvernementales considèrent les produits à base de CBD comme un stupéfiant à cause de la dose de THC qu’ils contiennent. Plusieurs débats ont donc été lancés autour de ce sujet.

Le Code de la santé publique interdit l’usage ou la commercialisation de la plante de cannabis. Bien sûr, certaines variétés de cette substance profitent d’un flou juridique. C’est le cas des fibres et graines tirées du chanvre et employées pour usage industriel. Néanmoins, elles ne doivent contenir que 0,20 % de THC ou moins. À l’inverse, tout produit tiré de la feuille, de la tige ou de la fleur de cette plante est prohibé.

Ces réglementations créent la confusion, d’autant plus que l’Union Européenne autorise la vente de produits au CBD. Malgré tout, la France campe sur ses positions. Récemment, le 31 décembre 2021, l’État a résolu le problème en promulguant une nouvelle loi. Elle autorise la vente de produits tirés du cannabis à condition qu’ils aient un taux de THC inférieur à 0,20 %.

Cette réglementation ravit les consommateurs, car ils peuvent désormais utiliser du CBD sans craindre une sanction ou une peine d’emprisonnement. Cependant, prendre le volant en ayant absorbé cette molécule est-il dangereux ? Pour éviter une infraction au Code de la route, des tests de dépistage ont été lancés par l’État.

CBD et test salivaire

Le test de dépistage de drogue fait partie du quotidien des forces de l’ordre. Et avec le flou juridique entourant le CBD, elles ont un nouveau nom rajouté à la liste des produits illicites. Afin d’éviter des accidents routiers, les policiers n’hésitent donc pas à contrôler l’automobiliste lambda. Une conduite dangereuse similaire aux effets de l’alcool au volant peut les pousser à tester les conducteurs. Comment s’y prennent-ils ?

Depuis quelque temps, les tests salivaires visant à détecter le CBD sont appliqués aux conducteurs. Plus précisément, ils sont conçus dans le but de détecter la présence de THC dans l’organisme. Pour rappel, cette molécule présente dans le cannabis est illégale. Elle est donc activement traquée chez les consommateurs. Le test réalisé vise donc à repérer des substances psychotropes, dont le THC fait partie.

Le test salivaire permet de savoir si un automobiliste est sous l’emprise de la drogue. Un prélèvement de salive est réalisé via une bandelette placée à l’intérieur de la joue. Celle-ci est ensuite glissée dans une solution chimique qui fournit un résultat en quelques minutes. Une réaction survient si la présence de drogue est confirmée. Il faut toutefois savoir qu’il s’agit d’un test qualitatif. En effet, il détecte les traces de substances stupéfiantes dans le corps, mais pas leur quantité.

Ce que le test salivaire détermine

Les produits au CBD actuels contiennent des traces plus ou moins importantes de THC. C’est notamment le cas des articles à spectre complet, des fleurs de CBD et des e-liquides. Le taux élevé des substances psychoactives (THC) fait que le test est positif. Plus précisément, si celui-ci est supérieur au 0,20 % autorisé, la personne est auteur d’un délit.

Sachez que davantage vous consommez des produits au CBD, plus précisément des fleurs, autant vous risquez un résultat positif au test. Leur utilisation quotidienne entraîne une accumulation de THC dans la salive. Ainsi, dans les prochaines 24 heures, vous pouvez être testé positif si vous êtes soumis à un contrôle par un inspecteur.

La consommation de cannabis est d'autant plus détectable si vous utilisez des fleurs en combustion. Des études réalisées en Suisse et en Belgique, où ces produits contenant 0,20 % de THC sont légaux, confirment ce fait. Les résultats indiquent que lors d’un dépistage mené sur 19 personnes, dont 6 testées positives, 5 d’entre elles avaient consommé ces fleurs avant le test. Cela signifie donc que les consommateurs réguliers de cannabis se retrouvent avec des traces du produit jusqu’à plusieurs jours après la dernière prise.

L’utilité de ce type de test

Si les dépistages de CBD via un test salivaire sont de plus en plus courants, ils ont un autre but. Effectivement, ils aident à déterminer si une personne consomme des produits dangereux et si elle est sous l’emprise de stupéfiants. Outre le THC, les nouveaux tests décèlent également les drogues habituelles. Cela inclut les amphétamines, l’ecstasy et la cocaïne.

Cet outil est très utile aux policiers. Ces derniers y recourent en accord avec l'article L. 235-2 du Code de la route. Le test est donc réalisé dans le cadre d’un simple contrôle routier ou en cas d’accidents de la route. Il est d’autant plus nécessaire si ces derniers entraînent des blessures graves ou des accidents mortels. Le contrôle peut être appliqué aussi bien aux automobilistes qu’aux cyclistes et aux conducteurs de deux-roues.

Les conséquences d’un test positif

Pour information, la loi française interdit la conduite sous l’emprise de produits considérés comme étant des stupéfiants. Ce point juridique s’applique au CBD. D’ailleurs, le Code de la route ne fait aucune distinction entre drogue et alcool au volant.

Ainsi, lors des contrôles routiers, si vous êtes reconnu coupable d’avoir pris de la drogue au volant, vous serez sanctionné. Suite à un contrôle positif après un dépistage salivaire au CBD, vous encourrez diverses pénalités.

Si vous ne vous exposez pas à un retrait de permis, vous pouvez néanmoins perdre 6 points sur ce dernier. Il s’agit là de la conséquence la moins grave de l’usage de drogue (taux élevé de THC dans l’organisme) au volant.

Selon la teneur de stupéfiant détectée dans son corps, une personne peut encourir des poursuites plus sévères. Elles se présentent sous la forme d’une amende de 4.500 euros. Dans les cas les plus extrêmes, le coupable écope une peine de 2 ans d’emprisonnement.

 

Sources : https://www.lefigaro.fr/automobile/consommer-du-cbd-au-volant-quels-sont-les-risques-20211221#:~:text=Or%20si%20la%20l%C3%A9gislation%20fran%C3%A7aise,consommation%20d'alcool%20au%20volant.

https://www.planposey.fr/articles/cbd-test-salivaire#:~:text=Le%20CBD%20contient%20des%20traces,y%20a%20peu%20de%20risques.

https://www.lessurligneurs.eu/la-legislation-du-cbd-en-france/#:~:text=Le%2030%20d%C3%A9cembre%202021%2C%20la,0%2C20%25%20de%20THC